Accueil du site > A lire...à voir.... > Livres et revues > Elie Wiesel - un témoin face à l’écriture
 
 
  Albums photos
 
  Liens Internet

Calendrier

Elie Wiesel - un témoin face à l’écriture

« avril 2019 »
L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 1 2 3 4 5
 
 
 

Elie Wiesel - un témoin face à l’écriture


Elie Wiesel - Un témoin face à l’écriture par Delphine Auffret (*)

C’est à une véritable explication de textes que se livre l’auteur dans cette très intéressante étude. À chaque page, le propos est illustré par un extrait de l’œuvre d’Elie Wiesel avec, en toile de fond, cette question lancinante et répétitive : est-il humainement possible de témoigner d’un événement aussi unique que la Shoah ?

À l’instar de ce qu’avait, en son temps, énoncé Théodore W. Adorno (1) (souvent mal cité et hors contexte, il faut le préciser), peut-on traduire en écriture une tragédie insondable généralement qualifiée d’indicible ? Comme le souligne en préambule Anny Dayan Rosenman (2) qui préface l’ouvrage : « Tout témoin de la Shoah se trouve dans une situation paradoxale, confronté à deux exigences contradictoires… ». Car à la volonté légitime de raconter, s’oppose le risque, bien réel, de la pauvreté des mots. Élie Wiesel, lui-même fermement opposé à une traduction littéraire de l’expérience concentrationnaire, finit par coucher sur le papier sa tragédie et celle des siens. D’une part, il affirme : « Mon rôle est celui du témoin. Ne pas raconter ou raconter autre chose, c’est comme un parjure ». De l’autre, il reconnaît : « Entre la mémoire du survivant et son reflet dans les paroles , les siennes incluses, le gouffre est infranchissable ».

À marteler sans cesse que « la littérature de l’Holocauste n’existe pas, ne peut pas exister. Auschwitz nie toute littérature...Un roman sur Auschwitz n’est pas un roman ou n’est pas sur Auschwitz…Auschwitz est la mort du temps, la fin de la création », tout en publiant lui-même, au cours des ans, Wiesel, agissant in fine, tel un « Janus bifrons », nous dit Delphine Auffret, ne s’est pas fait que des amis. Très intéressant.

Jean-Pierre Allali

(*) Éditions Le Bord de l’Eau. Septembre 2009. 324 pages. 24 euros

(1) « Écrire un poème après Auschwitz est barbare » in Prismes. Éditions Payot. 1986.
(2) Elle-même auteur d’un important travail sur ce thème : Les alphabets de la Shoah. Survivre. Témoigner. Écrire. Éditions du CNRS.

Extrait de Kol Hashavoua Vayigache le bulletin de liaison de la Communauté juive libérale de Lyon. Reproduit avec autorisation.

 

 

Dans la même rubrique :
(10 derniers articles)

- Désamorcer l’Islam radical
- Juifs et chrétiens – Repères pour dix-neuf siècles d’histoire
- "Le prêtre et l’imam", Christophe Roucou et Tareq Oubrou, Entretiens avec Antoine d’Abbundo,
- "Aux sources du christianisme" La Notion Pharisienne de Révélation - Jean Massonnet
- Juifs et chrétiens, pourquoi nous rencontrer ?
- Le Coran expliqué aux jeunes Rachid Benzine Seuil 2013 200p. 9€
- L’Alphabet sacré
- Dialogue et conversion, mission impossible ?
- L’esprit de Tibhirine
- Jean Dujardin Catholiques et juifs

 


Imprimer l'article



Comité diocésain pour l'œcuménisme
6, avenue Adolphe Max - 69321 Lyon Cedex 05
04 78 81 47 68 - oecumenisme@lyon.catholique.fr
Accès administration | Mentions légales | Plan du site | Conception-Réalisation DSFI SARL | Flux RSS oecumenisme Flux RSS cdo