Accueil du site > A lire...à voir.... > Films et DVD > D’une seule voix
 
 
  Albums photos
 
  Liens Internet

Calendrier

D’une seule voix

« avril 2019 »
L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 1 2 3 4 5
 
 
 

D’une seule voix


D’une seule voix -

Documentaire de Xavier de Lauzanne (France, 2008). 85 mn. Inédit.

Le 11 novembre prochain, sortie nationale du documentaire. Ce film fait le portrait d’une chorale où se retrouvent des personnes d’origines culturelles et religieuses différentes.

Une avant-première est prévue à Lyon au Comoedia le 10 novembre à 20h30
Le nombre de place est limité ; n’attendez pas pour confirmer votre présence par mail : radiojudaicalyon@orange.fr ou en téléphonant à Franck au : 04.78.03.99.20

Israéliens et Palestiniens, juifs, chrétiens et musulmans, ils sont avant tout musiciens. Partant du constat qu’il est maintenant impossible pour eux de se rencontrer en Israël ou dans les territoires palestiniens, le Français Jean-Yves Labat de Rossi, va les cherchez chez eux, de part et d’autre du mur, pour les inviter à une tournée surprenante qui les réunira en France pendant trois semaines. Un pari audacieux qui se révèle rapidement risqué. Dès le début de la tournée, les rivalités apparaissent inévitablement. Sur scène, c’est un triomphe alors que dans les coulisses, le ton monte...

Extrait de Télérama n° 3080

L’ancien rockeur Jean-Yves Labat de Rossi nourrit une passion peu commune pour les choeurs et les ensembles musicaux présents dans les zones de conflit. En 1994, il enregistre à Sarajevo, en pleine guerre, une chorale composée de Croates, de Serbes et de Bosniaques. En 2003, à Jérusalem, ce sont les Israéliens et les Palestiniens de toutes confessions qu’il parvient à réunir pour un album qui débouchera, trois ans plus tard, sur une tournée française de trois semaines - celle que retrace ce documentaire.

Se gardant de tout angélisme, le réalisateur rend compte avec franchise de la redoutable complexité de l’entreprise. Pour qu’elle tienne la route, il faut qu’il ne soit question que de musique. Mais comment maintenir la neutralité politique quand il suffit d’un signe équivoque du côté du public, d’une déclaration imprudente d’un musicien, pour mettre - brièvement - le feu aux poudres ? Comment faire abstraction du vieux fond de peur, de méfiance et surtout d’ignorance qui oppose les uns aux autres ? Sans parler des tensions liées au stress, au trac, à la fatigue, inhérentes à toute tournée, mais décuplées par les non-dits. Ça tient, pourtant. Des liens se créent, notamment entre les plus jeunes. Les scènes finales montrent les artistes dansant ensemble, dans une sorte de transe euphorique. Belle et fugitive image d’une réconciliation possible, malgré tout.

Sophie Bourdais

Pour en savoir plus sur le film : http://www.duneseulevoix-lefilm.com/blog

 

 

Dans la même rubrique :
(10 derniers articles)

- Hannah Arendt
- Syngué sabour, pierre de patience
- La Vierge, les coptes et moi
- Une Bouteille à la mer
- Les Hommes libres
- Et maintenant on va où ?
- Le chat du rabbin
- Des hommes et des dieux
- MARGA
- Dan et Aaron

 


Imprimer l'article



Comité diocésain pour l'œcuménisme
6, avenue Adolphe Max - 69321 Lyon Cedex 05
04 78 81 47 68 - oecumenisme@lyon.catholique.fr
Accès administration | Mentions légales | Plan du site | Conception-Réalisation DSFI SARL | Flux RSS oecumenisme Flux RSS cdo