Accueil du site > 0ecuménisme > Semaine de prière pour l’Unité des Chrétiens > SEMAINE 2008 > Semaine 2008 : Textes bibliques, méditations et prières pour les Huit (...)
 
 
  Albums photos
 
  Liens Internet

Calendrier

Semaine 2008 : Textes bibliques, méditations et prières pour les Huit jours

« avril 2019 »
L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 1 2 3 4 5
 
 
 

Semaine 2008 : Textes bibliques, méditations et prières pour les Huit jours


- 1er Jour Priez toujours
Es 55,6-9 Recherchez le Seigneur, puisqu’il se laisse trouver
Ps 34 J’ai cherché le Seigneur, et il m’a répondu
1 Th 5,13b-18 Priez sans cesse
Lc 18,1-8 Prier constamment et ne pas se décourager

Commentaire

Paul écrit : « Soyez toujours dans la joie, priez sans cesse, rendez grâce en toute circonstance, car s’est la volonté de Dieu à votre égard dans le Christ Jésus ». Son épître s’adresse à une communauté de fidèles anxieux face à la mort. Beaucoup de frères et de soeurs, bons et croyants, se sont « endormis » avant que le Seigneur ne revienne pour amener tous dans sa résurrection. Qu’en sera-t-il de ces fidèles défunts ? Quel sera le sort des vivants ? Paul les réconforte en disant que les morts ressusciteront avec les vivants et il les invite à « prier sans cesse ». Mais que signifie prier sans cesse ? Les lectures d’aujourd’hui offrent quelques éléments de réponse à cette question. Toute notre vie doit être une recherche de Dieu, dans la conviction que si nous cherchons, nous trouverons. En plein exil, quand tout semble vain et sans espoir, le prophète Esaïe proclame : « Recherchez le Seigneur, puisqu’il se laisse trouver, appelez-le puisqu’il est proche ». Même dans l’exil, le Seigneur est proche de son peuple et l’exhorte à s’adresser à lui dans la prière et à suivre ses commandements pour qu’il puisse connaître sa miséricorde et son pardon. Au coeur du psaume 34, nous trouvons cette conviction prophétique que le Seigneur répondra à l’appel de ceux qui l’invoquent, à laquelle vient s’ajouter la louange à l’appel à la prière continuelle. Dans l’évangile de Luc, Jésus raconte la parabole de la veuve qui demande que justice lui soit rendue par un juge qui n’a ni crainte de Dieu, ni respect des hommes. Ce récit est une manière de rappeler la nécessité d’une prière constante - « prier constamment et ne pas se décourager » - et la certitude que la prière sera exaucée : « Et Dieu ne ferait pas justice à ses élus qui crient vers lui jour et nuit ? ». En tant que chrétiens en quête d’unité, nous méditons sur ces lectures pour trouver « la volonté de Dieu » à notre égard « dans le Christ Jésus ». C’est le Christ qui vit en nous. L’appel à prier sans cesse devient partie intégrante de son intercession éternelle auprès du Père : « Que tous soient un… afin que le monde croie… ». L’unité que nous cherchons est l’unité « telle que le Christ la veut » et la célébration de ‘ l’octave ’ de prière pour l’unité des chrétiens est le reflet de la notion biblique de plénitude, c’est-à-dire l’espoir qu’un jour notre prière sera exaucée. L’unité est un don que Dieu fait à l’Eglise. Elle est aussi la vocation des chrétiens appelés à vivre de ce don. La prière pour l’unité est la source d’où jaillit tout effort humain voué à rendre manifeste l’unité pleine et visible. Nombreux sont les fruits produits par un siècle d’octaves de prière pour l’unité. Pourtant, nombreuses aussi sont les barrières qui divisent encore les chrétiens et leurs Eglises. Afin de ne pas nous décourager, nous devons être constants dans la prière et chercher le Seigneur et sa volonté dans tout ce que nous entreprenons et dans tout ce que nous sommes.

Prière Seigneur de l’unité, Père, Fils et Saint Esprit, nous prions sans cesse afin que tous, nous soyons un comme toi tu es un. Père, entends notre appel lorsque nous te cherchons. O Christ, conduis-nous à l’unité que tu désires pour nous. Esprit-Saint, fais en sorte que nous ne nous découragions jamais. Amen.

- 2e Jour Priez toujours, n’ayez confiance qu’en Dieu
1 R 18, 20-40 C’est le Seigneur qui est Dieu
Ps 23 Le Seigneur est mon berger
1 Th 5, (12a) 13b-18 Rendez grâce en toute circonstance
Jn 11, 17-44 Père, je te rends grâce de ce que tu m’as exaucé

Commentaire

La prière est ancrée dans la confiance que Dieu est puissant et fidèle. Lui seul embrasse tout, présent et futur. Sa parole est crédible et véridique. L’histoire d’Elie dans 1 Rois montre de manière impressionnante l’unicité de Dieu. Elie admoneste les apostats qui vénèrent le Baal qui ne répond pas à leurs prières. Cependant lorsque Elie prie le Dieu d’Israël, la réponse est immédiate et miraculeuse. Le peuple en prend conscience et tourne de nouveau son coeur vers Dieu. Le Psaume 23 est une profonde confession de confiance. Il décrit une personne convaincue que Dieu guide ses pas et se tient près de lui même dans les moments difficiles de la vie, quand il est en proie à la désolation et à l’oppression. Il se peut que nous nous retrouvions dans des circonstances difficiles, parfois même de grande agitation. Il se peut que nous traversions des moments de désespoir et de résignation. Parfois, il nous semble que Dieu se cache. Mais il n’est pas absent. Il manifestera sa puissance pour nous libérer au milieu de nos luttes existentielles. C’est pourquoi nous lui rendons grâce en toute circonstance. La résurrection de Lazare est un des épisodes les plus spectaculaires racontés dans l’évangile de Jean. Elle révèle la puissance du Christ capable de briser les liens de la mort et anticipe la création nouvelle. Jésus prie à voix haute au milieu du peuple et rend grâce à son Père pour les puissants miracles qu’il accomplira. L’oeuvre salvifique de Dieu s’accomplit à travers le Christ afin que tous croient en lui. Le pèlerinage oecuménique nous aide à mieux prendre conscience des actions merveilleuses de Dieu. Des communautés chrétiennes séparées les unes des autres se retrouvent. Elles découvrent leur unité en Christ et comprennent enfin qu’elles font toutes partie d’une seule et même Eglise et ont besoin les unes des autres. Il se peut que des ombres viennent voiler la perspective de l’unité, qu’elle soit parfois mise en péril par certaines frustrations et tensions, que nous nous demandions même si nous, les chrétiens, sommes réellement appelés à l’unité. Notre prière incessante nous soutient quand nous nous tournons vers Dieu et avons confiance en lui. Nous ne doutons pas qu’il accomplit son oeuvre en nous et nous conduira vers la lumière de sa victoire. Notre réconciliation et notre unité toujours plus grande sont le début de son royaume.

Prière Dieu de toute la création, écoute tes enfants dans leur prière. Aide-nous à conserver notre foi et notre confiance en toi. Apprends-nous à rendre grâce en toute circonstance, à avoir confiance en ta miséricorde. Donne-nous la vérité et la sagesse, afin que ton Eglise renaisse à la vie nouvelle dans la communion. Toi seul es notre espérance. Amen.

- 3e Jour Priez sans cesse pour la conversion des coeurs
Jon 3, 1-10 Le repentir de Ninive
Ps 51, 8-15 Crée en moi un coeur pur
1 Th 5, (12a) 13b-18 Encouragez les craintifs
Mc 11, 15-17 Une maison de prière

Commentaire

A l’origine et au coeur de la démarche oecuménique, on trouve un appel pressant au repentir et à la conversion. Il faut parfois savoir nous interpeller mutuellement au sein de nos communautés chrétiennes, comme Paul nous y invite dans la première épître aux Thessaloniciens. Si l’un ou l’autre sème la division, qu’il soit repris ; si certains ont peur de tout ce qu’une réconciliation onéreuse pourrait impliquer, qu’ils soient encouragés. Pourquoi le cacher ? Si les divisions entre chrétiens demeurent, c’est aussi par manque de volonté de s’engager résolument dans le dialogue oecuménique et même tout simplement dans la prière pour l’unité. La Bible nous rapporte comment Dieu envoya Jonas pour interpeller Ninive et comment toute la ville se repentit. De la même manière, les communautés chrétiennes doivent se mettre à l’écoute de la Parole de Dieu et se repentir. Au cours du dernier siècle, les prophètes de l’unité n’ont pas manqué pour faire ressentir aux chrétiens l’infidélité de leur désunion et pour leur rappeler l’urgence de la réconciliation. A l’image de l’intervention vigoureuse de Jésus dans le Temple, l’appel à la réconciliation des chrétiens peut sérieusement bousculer nos certitudes identitaires. Nous aussi avons grand besoin d’être purifiés. Il nous faut savoir désencombrer notre coeur de tout ce qui l’empêche d’être une authentique maison de prière, soucieuse de l’unité de toutes les nations.

Prière Seigneur, tu veux la vérité au fond de l’être ; dans le secret de notre coeur, tu nous apprends la sagesse. Apprends-nous à nous encourager mutuellement sur les chemins de l’unité. Montre-nous les conversions nécessaires pour la réconciliation. Donne à chacun un coeur renouvelé, un coeur vraiment oecuménique ; nous t’en prions. Amen.

4e Jour Priez toujours pour la justice
Ex 3, 1-12 Le Seigneur entend le cri des fils d’Israël
Ps 146 Le Seigneur… fait droit aux opprimés
1 Th 5, (12a) 13b-18 Prenez garde que personne ne rende le mal pour le mal
Mt 5, 38-42 Ne résistez pas au méchant

Commentaire
En tant que peuple de Dieu, nous sommes appelés à prier ensemble pour la justice. Dieu entend le cri des opprimés, des nécessiteux, de l’orphelin et de la veuve. Dieu est un Dieu de justice et répond à nos prières par son Fils, Jésus Christ, qui nous commande de travailler ensemble dans l’unité et dans la paix, et non pas dans la violence. C’est aussi ce que nous rappelle Paul quand il souligne : « Prenez garde que personne ne rende le mal pour le mal, mais recherchez toujours le bien, entre vous et à l’égard de tous ». Les chrétiens prient sans cesse pour la justice, afin que toute vie humaine soit traitée avec dignité et reçoive ce qui lui revient. Aux Etats-Unis, l’injustice de l’esclavage n’a pris fin qu’avec une guerre civile sanglante, à laquelle a succédé un siècle de racisme entretenu par l’état. La ségrégation en fonction de la couleur de la peau existait même dans les églises. Malheureusement le racisme et d’autres formes de sectarisme comme la xénophobie n’ont pas encore disparu de la société nord-américaine. C’est surtout grâce aux efforts des Eglises, notamment des Eglises afro-américaines et de leurs partenaires oecuméniques, et tout particulièrement grâce à la résistance non-violente du Révérend Martin Luther King, Jr, que les droits civiques de tous furent inscrits dans la législation américaine. Il était profondément convaincu que seul l’amour chrétien peut vaincre la haine et permettre la transformation de la société ; les chrétiens aujourd’hui continuent à se nourrir de cette certitude qui les porte à oeuvrer ensemble en faveur de la justice. Le jour anniversaire de la naissance de Martin Luther King est une fête nationale aux Etats-Unis. Chaque année, il tombe juste avant ou durant la Semaine de prière pour l’unité des chrétiens. Dieu a entendu et répondu aux cris des enfants d’Israël. Dieu continue d’entendre et répond aux cris de tous les opprimés. Jésus nous rappelle que la justice divine se révèle dans sa volonté personnelle de renoncer à sa sécurité, à sa puissance et son prestige, et même à sa vie afin d’apporter au monde la justice et la réconciliation grâce auxquelles tous les êtres humains seront considérés égaux en valeur et en dignité. Ce n’est que lorsque nous entendons et répondons aux cris des opprimés que nous pouvons alors progresser ensemble sur la route de l’unité. Cela vaut également pour le mouvement oecuménique qui peut exiger de nous ‘ de faire des pas supplémentaires ’ dans notre volonté d’écouter l’autre, de renoncer à être vindicatifs et d’agir dans la charité.

Prière
Seigneur Dieu, tu as créé l’humanité, mâle et femelle, à ton image. Donne-nous de prier sans cesse, d’une seule âme et d’un seul coeur, afin que tous ceux qui ont faim dans le monde soient rassasiés, que les opprimés soient délivrés, que tout être humain soit traité avec dignité ; fais de nous tes instruments pour que ce désir devienne réalité. Nous te le demandons au nom de Jésus Christ, notre Seigneur. Amen.

- 5e Jour Priez sans cesse avec un coeur patient
Ex 17, 1-4 Pourquoi ?
Ps 1 Porter du fruit en son temps
1 Thes 5, (12a) 13b-18 Ayez de la patience envers tous
Lc 18, 9-14 Une humble prière

Commentaire
Nous ne pouvons nous satisfaire de la division des chrétiens et nous sommes légitimement impatients que vienne enfin le jour de notre réconciliation. Et pourtant il nous faut aussi être conscients que l’oecuménisme ne se vit pas partout au même rythme. Certains avancent à grands pas, d’autres sont plus prudents. Comme Paul nous y exhorte, il nous faut savoir rester patients avec tous. Comme le Pharisien dans sa prière, nous pouvons aisément nous présenter devant Dieu avec l’arrogance de ceux qui font tout bien : « moi, je ne suis pas comme le reste des hommes ». Si parfois nous sommes tentés de dénoncer les lenteurs ou les imprudences des membres de notre Eglise, ou celles de nos interlocuteurs oecuméniques, l’invitation à la patience résonne comme une mise en garde importante. Parfois même, c’est envers Dieu que nous nous montrons impatients. Comme le peuple au désert, il nous arrive de crier vers Dieu : pourquoi toute cette marche, pénible, si tout doit s’achever maintenant ? Gardons confiance : Dieu répond à nos prières, à sa manière, en temps voulu. Il saura bien susciter des initiatives nouvelles pour la réconciliation des chrétiens, celles dont notre temps a besoin.

Priere Seigneur, fais de nous tes disciples, à l’écoute de ta Parole jour et nuit. Sur notre route vers l’unité, donne-nous de savoir espérer les fruits en leur temps. Quand les préjugés et la méfiance l’emportent, accorde-nous l’humble patience nécessaire pour la réconciliation. Nous t’en prions.

- 6e Jour Priez toujours pour obtenir la grâce de travailler avec Dieu
2 S 7,18-29 La prière de louange et de joie de David
Ps 86 Seigneur, tends l’oreille
1 Th 5, (12a) 13b-18 Soyez toujours dans la joie
Lc 10,1-24 L’envoi des soixante-douze disciples

Commentaire
Dans la prière, nous modelons notre volonté sur celle de Dieu et participons ainsi à l’accomplissement de son dessein. Nous avons besoin que le Saint-Esprit change le coeur des croyants et nous donne ainsi la grâce d’oeuvrer avec Dieu et de prendre part à sa mission et à son projet d’unité. Tandis que nous prions sans cesse pour cela, nous sommes conscients qu’il faut davantage d’ouvriers pour la moisson. A l’occasion de nombreuses rencontres oecuméniques, et en particulier du National Workshop on Christian Unity qui se tient tous les ans aux Etats-Unis, a été soulignée la nécessité de promouvoir la participation des jeunes afin que le mouvement oecuménique puisse prospérer aujourd’hui et dans les générations futures. Il faut que davantage d’ouvriers connaissent la joie de la prière pour contribuer à l’oeuvre de Dieu. Les lectures du 6e Jour nous aident à mieux comprendre ce que signifie travailler au service de l’Evangile. David, surpris d’avoir été choisi pour participer à l’édification d’un temple magnifique pour le Seigneur, demande : « Est-ce que vraiment Dieu pourrait habiter sur la terre ? » et il conclut : « Veuille maintenant bénir la maison de ton serviteur, pour qu’elle soit à jamais en ta présence ». Le psalmiste prie : « Seigneur, montre-moi ton chemin et je me conduirai selon ta vérité. Unifie mon coeur pour qu’il craigne ton nom. Seigneur mon Dieu, je veux te célébrer de tout mon coeur, et glorifier ton nom pour toujours ». Lors de l’envoi des soixante-douze disciples, Jésus confirme que grâce à eux et à tous ceux qui croiront en lui à travers leur parole, sa paix et la bonne nouvelle proclamant que « le Règne de Dieu est arrivé jusqu’à vous » seront annoncées au monde. Lorsque ses disciples reviennent dans la joie, bien qu’ils aient fait aussi l’expérience du rejet, Jésus se réjouit de leur succès à soumettre les démons : il faut continuer à répandre la nouvelle, ne jamais s’arrêter. Dieu veut que son peuple soit un. Comme les chrétiens de Thessalonique, nous sommes exhortés à être « toujours dans la joie » et à prier « sans cesse », en gardant l’espoir que, si nous nous engageons pleinement à oeuvrer avec Dieu, sa volonté d’unité sera enfin réalisée.

PrièreSeigneur Dieu, dans la parfaite unité de ton être, garde en nos coeurs le brûlant désir et l’espoir de l’unité afin que nous ne cessions jamais de travailler au service de ton Evangile. Nous te le demandons par Jésus Christ notre Seigneur. Amen.-

7e Jour Priez pour ce dont nous avons besoin… soutenez les faibles
1 S 1,9-20 Anne prie le Seigneur de lui donner un garçon
Ps 86 Sois attentif à ma voix suppliante
1 Th 5, (12a) 13b-18 Nous vous y exhortons… soutenez les faibles
Lc 11,5-13 Quiconque demande reçoit

Commentaire

Profondément affligée à cause de sa stérilité, Anna implora Dieu de lui donner un garçon ; sa prière fut exaucée et, aux jours révolus, elle enfanta Samuel (qui signifie « c’est au Seigneur que je l’ai demandé »). Dans l’évangile de Luc, Jésus lui-même nous dit que « quiconque demande reçoit » ; ainsi dans la prière, nous nous adressons à Dieu pour qu’il réponde à nos besoins. La réponse peut ne pas correspondre à ce que nous attendons, mais Dieu nous répond toujours. La puissance de la prière est immense, surtout lorsqu’elle est liée au service. L’Evangile nous enseigne que le Christ veut que nous nous aimions et que nous nous servions les uns les autres. Dans l’épître de Paul aux Thessaloniciens, le thème du service est repris à l’impératif : « Soutenez les faibles ». Nous savons qu’il est possible de répondre de manière oecuménique, d’une façon concrète, à la misère et à la détresse. Les Eglises de traditions différentes travaillent souvent la main dans la main, mais en certaines circonstances leur témoignage est gravement affaibli par leur manque d’unité. Lorsque nous voulons prier ensemble, nous sommes parfois profondément méfiants à l’égard des différentes formes de prière que nous rencontrons dans les autres traditions chrétiennes : les prières des catholiques adressées à Dieu par l’intercession des saints ou de Marie, la mère de Jésus ; les prières liturgiques orthodoxes ; les prières pentecôtistes ; les prières spontanées que les protestants adressent directement à Dieu dans la langue de tous les jours. On remarque cependant que la diversité des formes de prière est mieux appréciée. Dans les Eglises américaines, l’expérience du renouveau pentecôtiste a également conduit à une meilleure reconnaissance de la puissance de la prière, ce qui, petit à petit, a aidé les pentecôtistes à se sentir plus à l’aise dans le mouvement oecuménique. De même, le dialogue avec les Eglises orthodoxes au sein du Conseil oecuménique des Eglises a permis de mieux comprendre les formes de prières propres à chacun. Il est indubitable que la foi en la puissance de la prière est commune à l’ensemble de nos traditions et peut fortement contribuer à la cause de l’unité chrétienne, une fois que nous aurons compris et surmonté nos différences. Nous devrions soutenir par nos prières tous les dialogues qui tentent de résoudre entre nos Eglises les divergences qui nous empêchent encore de nous rassembler autour de la table du Seigneur. Célébrer ensemble le mémorial du Christ et élever vers lui notre commune action de grâce nous permettrait d’accomplir un grand pas en avant sur le chemin de l’unité.

Prière Seigneur, aide-nous à être vraiment un quand nous prions pour la guérison de notre monde, des divisions entre nos Eglises et pour notre propre guérison. Fais que nous ne doutions pas que tu nous écoutes et que tu nous répondras. Au nom de Jésus Christ, nous te prions. Amen.

- 8e Jour Priez toujours pour qu’ils soient un
Es 11,6-13 Le loup habitera avec l’agneau
Ps 122 Que la paix soit dans tes remparts
1 Th 5,13b-18 Vivez en paix entre vous
Jn 17,6-24 Qu’ils soient un

Commentaire

Dieu désire que les êtres humains vivent entre eux dans la paix. Cette paix n’est pas simplement une absence de guerre ou de conflits ; le shalom voulu par Dieu naît d’une humanité réconciliée, d’une famille humaine qui partage et reflète en elle-même la paix que Dieu seul peut donner. L’image, en Esaïe, du loup habitant avec l’agneau, du léopard couché près du chevreau, nous offre une vision symbolique de l’avenir que Dieu désire pour nous. Puisque nous ne pouvons établir ce shalom par notre seule volonté, nous sommes appelés à être des instruments de la paix du Seigneur, des artisans de l’oeuvre divine de réconciliation. La paix, comme l’unité, est un don et un appel. La prière de Jésus pour l’unité de ses disciples n’était ni un commandement ni une requête, mais une invocation adressée au Père à la veille de sa mort. C’est une prière qui jaillit du plus profond de son coeur et de sa mission, au moment même où il prépare ses disciples aux temps à venir : Père, qu’ils soient un. Alors que nous célébrons le 100e anniversaire de la Semaine/l’Octave de Prière pour l’unité et que nous nous remémorons toutes les aspirations, les prières et les initiatives que la recherche de l’unité des chrétiens a suscitées au cours des siècles, il est opportun de faire un bilan des pas que nous avons accomplis jusqu’ici, guidés par le Saint-Esprit. C’est pour nous l’occasion de rendre grâce pour les nombreux fruits que nous a donnés la prière pour l’unité. En maints endroits, l’animosité et les malentendus ont cédé la place au respect et à l’amitié entre les chrétiens et leurs différentes communautés. Il arrive souvent que des chrétiens qui se réunissent pour prier ensemble pour l’unité rendent ensuite un témoignage commun à l’Evangile à travers des actions concrètes et en travaillant côte à côte au service des plus démunis. Le dialogue a permis de bâtir des ponts de compréhension réciproque et de résoudre des différends doctrinaux qui nous divisaient. Toutefois, le moment présent devrait être également pour nous un temps de repentir, car nos divisions sont en contradiction avec la prière du Christ pour l’unité et avec l’impératif de Paul de vivre en paix entre nous. Aujourd’hui, les chrétiens sont ouvertement en désaccord sur divers sujets : au-delà des différences doctrinales qui nous séparent encore, nous avons souvent des positions divergentes sur des questions de morale et d’éthique, sur la guerre et à la paix, sur des problèmes d’actualité, qui nécessiteraient pourtant un témoignage commun. En raison de nos divisions internes et des conflits entre nous, nous ne sommes pas en mesure de répondre à la noble vocation d’être signes et instruments de l’unité et de la paix voulues par Dieu. Que dire alors ? Nous avons des raisons de nous réjouir mais également d’être tristes. Rendons grâce, en cette année anniversaire, pour ceux des générations passées qui se sont généreusement consacrés au service de la réconciliation ; renouvelons aujourd’hui notre engagement à être artisans de l’unité et de la paix voulues par le Christ. Enfin, ce moment particulier nous offre l’occasion de réfléchir à nouveau à ce que signifie prier sans cesse, à travers nos paroles et nos actions, à travers la vie de nos Eglises.

Prière Seigneur, fais que nous soyons un : un dans nos paroles afin que nous t’adressions une prière humble et commune ; un dans notre désir et notre quête de justice ; un dans l’amour, pour te servir en servant le plus petit parmi nos frères et soeurs ; un dans l’attente de voir ton visage. Seigneur, fais que nous soyons un en toi. Amen.

 

 

Dans la même rubrique :
(10 derniers articles)

- Semaine de prière : Quelques indications pour les messes paroissiales du 20 janvier
- Programme de la Semaine de prière pour l’Unité 2008
- Semaine 2008 : Textes bibliques, méditations et prières pour les Huit jours
- Semaine de prière 2008 - Thème

 


Imprimer l'article



Comité diocésain pour l'œcuménisme
6, avenue Adolphe Max - 69321 Lyon Cedex 05
04 78 81 47 68 - oecumenisme@lyon.catholique.fr
Accès administration | Mentions légales | Plan du site | Conception-Réalisation DSFI SARL | Flux RSS oecumenisme Flux RSS cdo