Accueil du site > 0ecuménisme > Semaine de prière pour l’Unité des Chrétiens > Semaine de prière 2012 > Les Eglises en Pologne - contexte oecuménique
 
 
  Albums photos
 
  Liens Internet

Calendrier

Les Eglises en Pologne - contexte oecuménique

« mai 2018 »
L M M J V S D
30 1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31 1 2 3
 
 
 

Les Eglises en Pologne - contexte oecuménique


Le contexte oecuménique en Pologne

- 1. Les Eglises

L’Église la plus importante de Pologne est l’Église catholique romaine dont fait partie approximativement 95% de la population. Cette Église a joué un grand rôle dans la préservation de l’identité nationale polonaise et de son indépendance au cours des âges, plus particulièrement à l’époque de la partition (1772-1918) et durant la période communiste (1945-1989). Le fait qu’un pape polonais ait été élu en 1978 a eu une très grande portée sur les transformations sociales et politiques. Jean-Paul II (qui mourut en 2005) était connu dans le monde entier pour sa défense du respect des religions, de la paix entre les peuples, de la dignité humaine et de la liberté.

La deuxième Église par ordre d’importance est l’Église orthodoxe polonaise(approximativement 550 000 fidèles). Ses origines sont étroitement liées aux activités missionnaires des saints Cyrille et Méthode (IXe siècle). L’Orthodoxie a été l’un des traits permanents de la structure religieuse du pays. Depuis 1925, l’Église orthodoxe polonaise a le statut d’Église autocéphale.

En 1596, du fait de l’Union de Brest, un certain nombre de prêtres et fidèles orthodoxes a reconnu le Pape comme chef de l’Église et accepté les dogmes catholiques, tout en gardant le rite byzantin. C’est ainsi qu’est née l’Église grécocatholique(Uniate) qui compte aujourd’hui approximativement 100 000 fidèles.

L’Église évangélique luthérienne, composée d’environ 75 000 fidèles, et l’Église évangélique réformée (ou Calviniste), qui en compte environ 3 500, trouvent leur origine dans la Réforme du XVIe siècle. L’Église évangélique méthodiste (composée d’environ 5 000 fidèles) et l’Union baptiste (environ 5 000 fidèles) sont présentes en Pologne depuis le XIXe siècle.

Il faut également citer deux Églises constituées au tournant des XIXe et XXe siècles, et qui font partie des Églises vieilles-catholiques  : l’Église mariavite et l’Église polonaise-catholique. L’Église vieille-catholique mariavite (environ 25 000 fidèles) s’est séparée de l’Église catholique romaine en 1906. L’Église polonaise-catholique est née en Amérique, chez les Polonais expatriés. Elle dénombre approximativement 22 000 fidèles et fait partie de l’Union d’Utrecht.

Il existe encore d’autres Églises protestantes actives en Pologne, comme l’Église Pentecôtiste, l’Église adventiste du Septième Jour, l’Alliance des Églises chrétiennes et l’Église des Chrétiens évangéliques. Certaines de ces Églises sont affiliées à l’Alliance évangélique. La Pologne abrite également des groupes religieux comme l’Union des Communautés religieuses juives, l’Union religieuse Karaïte et l’Union religieuse musulmane.

- 2. La situation oecuménique

Au cours des siècles écoulés, la Pologne s’est considérablement diversifiée en termes de confessions, fière d’une longue tradition de liberté, de tolérance religieuse et de collaboration oecuménique. Le paysage religieux contemporain résulte de nombreux événements historiques, particulièrement de la Seconde Guerre mondiale, avec les modifications de frontières et les migrations massives de populations qui l’ont accompagnée.

Les traditions historiques d’oecuménisme en Pologne remontent au XVIe siècle. L’un de ses événements marquants fut l’accord de Sandomir, signé en 1570 par les luthériens, les calvinistes et les hussites. En 1777, les luthériens et les calvinistes constituèrent une union ; de 1828 à 1849, les deux confessions eurent un consistoire commun.

La première instance interconfessionnelle de Pologne fut la branche polonaise de l’Alliance universelle pour l’amitié internationale, qui fut créée en 1923 par l’intermédiaire des Églises. À l’origine, six Églises, appartenant aux traditions luthérienne, réformée et unie, faisaient partie de la branche polonaise qui servait à résoudre les sujets de désaccord entre elles et à entreprendre des actions communes. Lorsque l’Église orthodoxe autocéphale polonaise rejoignit l’Alliance, en 1930, il devint possible d’organiser une rencontre historique de deux traditions chrétiennes séparées – la tradition protestante et la tradition orthodoxe – à l’intérieur d’une même instance.

Au cours de la Seconde guerre mondiale, vers la fin de l’année 1942, on constitua un Conseil oecuménique provisoire. Celui-ci élabora la « Confession de foi des chrétiens polonais » (ou Credo polonais), texte oecuménique formulant des principes dogmatiques considérés comme bien commun à tous les membres.

En 1945, des représentants de cinq Églises protestantes – l’Église évangélique luthérienne, l’Église évangélique réformée, l’Église évangélique méthodiste, l’Union baptiste et l’Église chrétienne évangélique – constituèrent une mission officielle commune, connue sous la dénomination de Conseil des Églises protestantes de la République de Pologne, dont le président était le Rév. Konstanty Nadjer, surintendant général de l’Église méthodiste.

Le Conseil oecuménique de Pologne (COP) fut officiellement constitué à Varsovie, le 15 novembre 1946. Des délégués représentant douze confessions différentes y prirent part. Le Rév. Zygmunt Michelis (1890-1977), de l’Église évangélique luthérienne, fut élu président du COP.

Jusqu’à la fin des années 1960, les relations entre le Conseil oecuménique de Pologne et l’Église catholique romaine avaient un caractère non officiel. De nombreux catholiques, aussi bien membres du clergé que laïcs, prenaient néanmoins part aux célébrations marquant la Semaine de prière pour l’unité des chrétiens, qui étaient organisées par les Églises-membres du COP.

La première célébration oecuménique à s’être déroulée dans une église catholique, qui eut lieu avant le Concile Vatican II et avec la participation d’invités représentant d’autres confessions chrétiennes, se tint à l’église Saint-Martin de 46 Varsovie, le 10 janvier 1962. Cette année 2012 marque le 50e anniversaire de l’événement en question.

- 3. Le Comité mixte du Conseil oecuménique de Pologne et du Comité épiscopal pour les Relations oecuméniques a été inauguré en 1974. Il a permis que des contacts officiels s’établissent entre l’Église catholique romaine et le COP. En 1977, le Comité mixte a désigné un Sous-comité de dialogue, chargé des débats sur les questions théologiques. Vingt ans plus tard, en 1997, sur la base de la collaboration alors en vigueur, a été constitué un Comité de Dialogue de la Conférence épiscopale polonaise et du Conseil oecuménique de Pologne. L’un des résultats importants de la collaboration entre le COP et l’Église catholique romaine s’est produit, en l’an 2000, avec la signature par les responsables de six Églises membres du Conseil oecuménique polonais et par l’Église catholique romaine, du document « Le sacrement de baptême, signe d’unité », où les signataires déclaraient leur reconnaissance mutuelle de la validité du baptême.

Depuis l’an 2000, le Comité de dialogue étudie la question des mariages mixtes. En 2009, il a présenté un projet de document oecuménique à ce sujet.

Un événement important, coordonné par la Société biblique de Pologne, a été, en 2001, la publication d’une traduction oecuménique du Nouveau Testament et des Psaumes. Onze Églises ont participé à ce travail de traduction. La traduction oecuménique de l’Ancien Testament est actuellement en cours.

En cette année 2012, un livret pour la Semaine de prière pour l’unité des chrétiens a été publié, pour la quinzième fois, après avoir été préparé en commun par des représentants du COP et de l’Église catholique romaine.

En 2009, est paru un ouvrage intitulé En route vers le Christ. Les Églises chrétiennes de Pologne parlent d’elles. Dans ce livre, les Églises affiliées au Conseil oecuménique polonais et l’Église catholique romaine se présentent – et cela pour la première fois dans l’histoire de Pologne d’après-guerre – dans une même publication.

Il est également important de noter que les papes Jean-Paul II et Benoît XVI ont rencontré des représentants du clergé et des membres d’Églises affiliées au Conseil oecuménique polonais lors des temps de prières oecuméniques de leurs pèlerinages en Pologne. Sept Églises appartiennent actuellement au Conseil oecuménique de Pologne : l’Église orthodoxe autocéphale de Pologne, l’Église polonaise-catholique, l’Église vieille-catholique mariavite, l’Église évangélique luthérienne, l’Église évangélique réformée, l’Église évangélique méthodiste et l’Union baptiste de Pologne. La Société biblique de Pologne et l’Association caritative des Catholiques polonais ont le statut de membres affiliés.

 

 

Dans la même rubrique :
(10 derniers articles)

- Semaine de Prière pour l’Unité des Chrétiens - 2012
- Les Eglises en Pologne - contexte oecuménique
- Pour les messes paroissiales du 22 janvier 2012
- Calendrier des rencontres - Semaine de prière 2012 (à ce jour)
- Huit jours de prière et de réflexion - Semaine 2012
- Semaine de Prière 2012 - Textes

 


Imprimer l'article



Comité diocésain pour l'œcuménisme
6, avenue Adolphe Max - 69321 Lyon Cedex 05
04 78 81 47 68 - oecumenisme@lyon.catholique.fr
Accès administration | Mentions légales | Plan du site | Conception-Réalisation DSFI SARL | Flux RSS oecumenisme Flux RSS cdo