Accueil du site > Relations inter religieuses > Relations avec l’Islam > Actualité > Pour une "inculturation" de l’islam
 
 
  Albums photos
 
  Liens Internet

Calendrier

Pour une "inculturation" de l’islam

« novembre 2018 »
L M M J V S D
29 30 31 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 1 2
 
 
 

Pour une "inculturation" de l’islam

À l’issue de la 2ème Rencontre des délégués des conférences épiscopales pour les rapports avec les musulmans en Europe à Turin (Italie, 31 mai – 2 juin 2011), les délégués des Conférences épiscopales ont manifesté leur attention particulière pour le processus en cours en Europe qui pourrait favoriser la naissance d’un islam plus religieux que politique ; leur sympathie face au désir de démocratie et de liberté de nombreuses populations des pays arabes, en souhaitant que ce vent de changement mène à l’instauration d’une vraie liberté de religion dans ces pays ; enfin, après avoir fait une évaluation critique du terme « islamophobie », ils ont exhorté les musulmans à nouer des relations positives et transparentes dans les différents contextes où ils se trouvent en Europe.


La rencontre des délégués des Conférences épiscopales d’Europe pour les rapports avec l’islam a apporté la confirmation de l’intérêt avec lequel l’Église catholique suit les dynamiques d’insertion des résidents et citoyens de religion musulmane dans le contexte européen, tant au niveau individuel que communautaire. Il s’agit d’un processus complexe qui n’est pas exempt de contradictions, où émerge le défi – qui est en train de devenir une réalité – de l’inculturation progressive de l’islam en Europe, avec une tendance à manifester davantage sa dimension religieuse et morale, que sa dimension politique. Toutes les initiatives culturelles et théologiques qui sont l’expression de ce qu’on appelle la « théologie de l’inculturation » sont suivies avec beaucoup d’intérêt, car elles instaurent et consolident des processus de participation positive à la vie sociale et culturelle des pays d’Europe dans un contexte pluraliste, ouvert au dialogue interreligieux et interculturel.

C’est pourquoi l’Église suit avec intérêt les attentes et les initiatives qui se font jour au sein des communautés musulmanes en vue de fournir à leurs responsables religieux – imams ou enseignants – une formation théologique et culturelle leur permettant d’exercer convenablement leur rôle religieux dans le contexte européen ; elle formule le souhait que ces initiatives – y compris la création d’une chaire de théologie islamique dans les universités d´Etat des pays où la théologie est une discipline inscrite au programme des universités – pourront être organisées avec les adaptations voulues selon le modèle juridique des rapports existant entre l’État et l’Église. Dans cette perspective, l’Église est favorable à ce que l’enseignement confessionnel de la religion dans les écoles publiques soit également accessible aux autres traditions religieuses, parmi lesquelles l’islam, tout en insistant sur le respect des conditions requises prévues par les différents États pour l’exercice de cette fonction.

En élargissant leur horizon à tout le bassin méditerranéen, les délégués des Conférences épiscopales participent avec sympathie aux expressions de désir de démocratie, de liberté, d’appel au respect de la dignité de la personne dont les jeunes de différents pays arabes se sont faits les promoteurs au cours de ces mois de grands changements politiques, et formulent le souhait que le processus en cours puisse conduire à l’établissement d’une vraie liberté de religion dans ces pays, de telle sorte que les arabes chrétiens puissent jouir eux aussi de cette liberté dans le cadre d’une citoyenneté égalitaire.

Les délégués ont fait ensuite une évaluation critique du terme « islamophobie » utilisé pour décrire les réactions d’hostilité à l’islam apparues dans la société européenne, lui préférant plutôt ceux de « peur » et « hostilité ». En confirmant la volonté de l’Église de contribuer à surmonter ce genre de réactions qui conduisent à l’intolérance, ils exhortent les musulmans à nouer des relations positives et transparentes dans les différents contextes et de rejeter publiquement ces interprétations.

Enfin, les délégués ont exprimé une nouvelle fois leur conviction que l’Église catholique qui est en Europe poursuivra avec un engagement renouvelé le dialogue avec les musulmans à l’école du Concile Vatican II et de l’enseignement de Benoît XVI, un dialogue dans lequel chrétiens et musulmans sont appelés à relever trois défis :

- le défi de l’identité (savoir et accepter ce que nous sommes) ;

- le défi de l’altérité (nos différences ne doivent pas nous conduire à la haine, mais devenir une source d’enrichissement mutuel) ;

- le défi de la sincérité qui implique d’exprimer sa foi sans l’imposer dans un contexte pluraliste et dans une perspective dialogique.

À cette rencontre, présidée par le cardinal Jean-Pierre Ricard, archevêque de Bordeaux et Vice-président du CCEE, a également participé le cardinal Jean Louis Tauran, Président du Conseil Pontifical pour le dialogue interreligieux.

À l’issue des travaux, les délégués des Conférences épiscopales ont remercié l’archevêque de Turin, Mgr Cesare Nosiglia, pour son hospitalité, Don Andrea Pacini pour l’organisation de cette rencontre, et les Sœurs de Notre-Dame du Cénacle pour leur accueil chaleureux. Les travaux, qui se sont déroulés dans un climat de cordialité et d’amitié, ont été enrichis par des temps de prière et par la célébration quotidienne de l’Eucharistie.

Le Conseil des Conférences épiscopales d’Europe (CCEE) réunit les Présidents des 33 Conférences épiscopales existant actuellement en Europe, représentées de droit par leur Président, ainsi que les Archevêques de Luxembourg, de la Principauté de Monaco et de Chypre des Maronites, et l’Évêque de Chisinau (Moldavie). Il est présidé par le Cardinal Peter Erdő, Archevêque d’Esztergom-Budapest, Primat de Hongrie. Ses vice-présidents sont le Cardinal Josip Bozanić, Archevêque de Zagreb et le Cardinal Jean-Pierre Ricard, Archevêque de Bordeaux. Le Secrétaire général du CCEE est le P. Duarte da Cunha. Le siège du secrétariat se trouve à Saint-Gall (Suisse).

 

 

Dans la même rubrique :
(10 derniers articles)

- La laïcité à la française n’est pas l’absence de religion
- Comprendre le jihadisme pour mieux le combattre
- Voeux à l’occasion de la fin du Ramadan 2015
- Voeux à l’occasion du Ramadan 2015
- De Tibhirine aux Forums régionaux 2015 : huit ans de dialogue islamo-chrétien
- Pour mieux comprendre la réalité musulmane en France
- La grande mosquée de Lyon fête ses 20 ans
- "L’Egypte dans la transition politique" Conférence
- Message d’amitié pour le mois du Ramadan 2013
- Voeux des musulmans à la communauté chrétienne à l’occasion de Noël

 


Imprimer l'article



Comité diocésain pour l'œcuménisme
6, avenue Adolphe Max - 69321 Lyon Cedex 05
04 78 81 47 68 - oecumenisme@lyon.catholique.fr
Accès administration | Mentions légales | Plan du site | Conception-Réalisation DSFI SARL | Flux RSS oecumenisme Flux RSS cdo